Growing Antichrist, tome 1

Sortie le 13/11/2014

Extrait numéro 2 : Qui est Gwendal

"Quand Silvana reprit ses esprits, après une chute interminable, elle était au milieu de son salon. Seulement, était-ce bien sa maison, n’était-elle pas encore dans une réalité déformée ? Ce qui la rassurait néanmoins, c’est que Gwendal était toujours à ses côtés. Il reprenait doucement ses esprits lui aussi. Elle ne le connaissait ni d’Eve ni d’Adam, néanmoins elle se sentait davantage en sécurité d’avoir quelqu’un auprès d’elle. 

Tout à coup, alors qu’ils tâchaient tous deux de se remettre des évènements qui venaient de leur arriver, Idril fit irruption au seuil de la pièce. Elle reconnut Gwendal au premier coup d’œil et se jeta immédiatement sur lui. Il fallut un moment au jeune homme pour comprendre de qui il s’agissait. Voyant à quel point elle semblait heureuse de le voir, Silvana proposa à ce dernier de rester avec elles. De toute façon, où pouvait-il bien aller ?

Le regard de la jeune fille se posa ensuite sur la table. Les fleurs n’étaient plus là. Hortense entra dans la pièce à ce moment, et posa le vase désormais vide sur la table. Silvana était bel et bien de retour chez elle, comme si rien ne s’était passé. Elle était désormais plus décidée que jamais à régler son compte à l’Eliminati.

Le lendemain matin, elle ne fut pas surprise en se réveillant de se rendre compte que Gwendal était toujours là. Cependant, aucune trace de son père, ni d’Idril, ni d’Hortense. Des bruits de casseroles provenant de la cuisine la rassurèrent. Dans la chambre, il ne restait plus que Gwendal et elle. Il était profondément endormi, d’un repos qu’elle estimait bien mérité. Il ne descendit au salon que plusieurs heures après que Silvana ait rejoint ses sœurs et son père, visiblement encore mal réveillé en ce dimanche matin. Gwendal décida de passer sa journée à tourner en rond à travers toutes les pièces de la maison, « pour m’habituer » comme il expliqua lui-même. Cela faisait bien trop longtemps qu’il n’avait pas vécu une vie normale, entouré de gens normaux. 

Quelques jours plus tard, alors que ses sœurs et son père venaient de partir faire quelques emplettes, Silvana et Gwendal profitèrent de leur premier véritable tête à tête depuis qu’il avait intégré leur vie. Il lui parla un peu de lui. Il raconta n’avoir jamais connu sa mère, en posséder seulement une photo qui était malheureusement restée à l’intérieur de la maison des enfants du Diable. Bien que consciente des risques que cela impliquait, Silvana lui proposa d’y retourner un jour prochain, afin de récupérer cette photo. Sa propre image maternelle avait beau être bancale, elle comprenait ce besoin que Gwendal avait de retrouver sa mère. 

Il parla ensuite d’Idril. En écoutant ses dires, Silvana perçut à quel point ils se connaissaient bien tous les deux. Quand elle poussa la curiosité jusqu’à lui demander s’ils avaient eu une aventure, il commença à bégayer avant de se reprendre et d’expliquer qu’il était effectivement sorti avec elle, bien avant qu’il n’intègre le cercle des enfants du Diable. Il n’était pas encore majeur et vivait dans sa famille, non loin du fief de l’Eliminati. Il avait croisé la route d’Idril alors qu’elle plantait des fleurs aux abords de la maison maudite. Il avoua s’être laissé enrôler au sein des enfants du Diable pour être auprès d’elle, mais ne l’avait jamais recroisée à l’intérieur, celle-ci ayant été monopolisée par l’Eliminati dès lors qu’il s’était rendu compte qu’elle fréquentait des humains ne faisant pas partie de ses sbires."

Vous pouvez vous en procurer un exemplaire dédicacé en cliquant ICI.

Extrait numéro 1 : Une nuit étrange

"C’est à ce moment que tout bascula à nouveau. Les lumières s’éteignirent d’un seul coup comme la veille, il fit tellement noir que l’on n’y voyait plus rien. Silvana interpella sa demi-sœur pour lui demander de la rejoindre, mais elle n’obtint pas de réponse. Elle fit tout d’abord le tour de la pièce à l’aveuglette, mais elle dut se rendre à l’évidence, Hortense avait disparu. Elle tenta donc de rejoindre l’escalier sans trop se cogner, pensant que sa demi-sœur était peut-être déjà montée à l’étage. Elle finit par retrouver les marches au bout d’une bonne demi-heure de tâtonnements. Elles n’avaient pas disparu, ou elles n’en avaient pas eu le temps. La jeune fille commença à grimper les marches à quatre pattes pour ne pas faire de bruit. Ne sachant à quoi s’attendre, elle préférait se faire discrète.

Arrivée à l’étage, elle ouvrit la porte de la chambre et appuya sur l’interrupteur. Pas de lumière, bien entendu, elle n’aurait pas dû s’attendre à ce qu’elle s’allume. Elle appela Hortense, qui ne répondit pas. Elle se mit alors à ramper jusqu’à son lit, tout en pensant à sa demi-sœur, et elle plongea entre ses draps dès qu’elle les atteignit, afin d’essayer de dormir.

Mais, tout comme la nuit précédente, des bruits inquiétants troublaient le silence dès qu’elle fermait les yeux. La différence avec la veille, c’est que Silvana était maintenant toute seule. Après un bruit soudain auquel elle ne s’attendait pas, un réflexe la fit se redresser sur son lit, ce qui eut pour effet de faire taire toute sonorité alentours. On aurait dit que quelque chose ou quelqu’un surveillait le moindre de ses faits et gestes, et agissait en conséquence.

Quand la jeune fille s’allongea à nouveau, l’ambiance si oppressante de la maison reprit de plus belle, avec ses manifestations sonores qui la dérangeaient tant. Néanmoins, elle prit la décision de ne pas y prêter attention et de tenter de s’endormir malgré cela, oubliant qu’elle disposait de deux briquets au fond de la poche de son jean. Briquets qui lui auraient été bien utiles pour vérifier d’où tous ces bruits pouvaient bien venir. Elle était tellement paniquée qu’elle n’y avait pas pensé.

Quand elle rouvrit les yeux le lendemain, et cela était à prévoir, tout était redevenu normal. Il était dix heures selon son réveil, elle avait réussi à faire une grasse matinée malgré la peur panique qui s’était emparée d’elle la veille. Soudain, elle repensa à sa demi-sœur : qu’était devenue Hortense ?"

Vous pouvez vous en procurer un exemplaire dédicacé en cliquant ICI.

×