Extrait n°2 : Instinct de survie

"Quand elle en sortit, l'aube était là. Elle regarda autour d'elle, sentant une angoisse monter. Fort heureusement, elle aperçut au loin une maisonnée, elle avait là son abri pour la journée. Hélas, au fur et à mesure qu'elle s'en approchait, elle constata que de la fumée s'échappait de la cheminée. Quelqu'un vivait donc là, et il s'agissait forcément d'un mortel. Bloodwitch s'approcha tout de même, en prenant garde de ne pas être vue. Elle arriva enfin à hauteur de la maisonnée, et elle jeta un œil par l'une des fenêtres. Non seulement elle reconnut l'apparence d'un homme, mais il n'était pas seul. Il y avait également une femme et un enfant qui ne semblait ne pas avoir l'âge de marcher. Elle n'avait plus le choix, il lui fallait s'abriter rapidement, car le soleil commençait déjà à caresser les champs de ses rayons.

     Alors elle frappa poliment à la porte, espérant pouvoir se faire passer pour une voyageuse quelconque cherchant juste un lieu pour se reposer quelques heures. C'est la dame qui lui ouvrit, néanmoins celle-ci était tellement méfiante que Bloodwitch ne parvint pas à la convaincre de la laisser s'introduire à l'intérieur. Devant son insistance, l'homme se présenta dans l'encadrement de la porte et incita l'intruse à partir. Bloodwitch sentait le soleil lui chauffer dangereusement la peau, et elle ne trouva aucune autre idée que de se jeter sur l'homme afin de se mettre à l'abri. Celui-ci la rejeta si violemment que son crâne heurta le bord de la table à manger. Bloodwitch porta une main derrière sa tête et gémit de douleur, découvrant par mégarde ses crocs. La femme se mit à hurler avant de se précipiter sur son enfant pour le protéger, et l'homme s'empara de son fusil de chasse laissé non loin de l'entrée.

     Bloodwitch comprit qu'elle ne pouvait lui laisser la vie sauve, aussi se rua-t-elle sur lui pour l'empêcher de tirer. Une balle était incapable de la tuer, mais elle savait que s'il parvenait à lui en loger une quelque part, elle deviendrait assez faible pour qu'il puisse la jeter dehors, en proie au soleil. Elle n'hésita pas et lui brisa la nuque sans autre forme de procès. L'homme tomba raide mort, sous un cri déchirant venant à la fois de la mère et de l'enfant qui, malgré son jeune âge, avait l'air de bien concevoir ce qu'il venait de se passer. Bloodwitch ramassa le fusil tombé à terre, et se tourna vers les survivants.

     – Par pitié, implora la femme en pleurant, laissez-nous tranquilles !"

 

Vous pouvez vous en procurer un exemplaire dédicacé en cliquant ICI.