Extrait numéro 3 : La disparition des jumeaux

"La cérémonie d’adieu pour Woodstock put enfin avoir lieu au Temple, comme pour n’importe quel Pandémonien qui périssait, que ce soit au combat ou dans d’autres circonstances. Anteezia, le nouvelle Juge, y était présente malgré ses obligations. Elle était navrée de ce qui était arrivé à ce Vampire dont elle se sentait finalement assez proche, et trouvait normal de se déplacer pour lui rendre hommage.
     Hadès et Mercredi, quant à eux, prirent la décision de quitter Pandémonia dès la fin de la cérémonie. Vitchka, elle, était la plus meurtrie par la disparition de Woodstock. Du moins, c’est ce que chacun pensait. Aone, lui, crut qu’il était en train de faire un mauvais cauchemar, tout au long des discours qui furent prononcés en la mémoire de son défunt jumeau. Quand il ressortit du Temple, il prit une décision sur laquelle personne ne parviendrait à le faire revenir. Et c’est sans rien dire à personne qu’il se rendit jusqu’au plus haut bâtiment de Pandémonia. Le palais de l’Inquisition. Le toit.
     Ce n’est qu’une fois son corps tombé en contrebas que les Pandémoniens comprirent. Il s’était donné la mort, la vraie. Il n’avait pas réussi à digérer le suicide de son frère qui lui-même ne supportait plus le poids de son existence sans la mère de sa fille, c’est de cela qu’il parlait dans sa lettre. Aone venait de se supprimer lui-même pour rejoindre son jumeau, son double, celui sans qui il ne se voyait pas continuer à évoluer dans ce monde.
     Au moment où Woodstock avait mis fin à son existence, Nightwitch avait ressenti comme un coup de poignard reçu en plein cœur. Elle s’était demandé ce qui se passait jusqu’à ce qu’elle reçoive le courrier de son fils, et alors seulement, elle avait fait le rapprochement.
     Quand Aone s’éteignit, le même coup de poignard traversa instantanément les entrailles de Nightwitch. Elle ne se posa aucune question cette fois-ci, et quitta les bureaux du palais gouvernemental en toute hâte afin de chercher son autre fils. Elle en était persuadée, il lui était arrivé quelque chose. Quand elle découvrit le corps d’Aone, elle tomba à genoux d’impuissance devant lui.
     Un peu plus tard, c’est au Temple qu’elle se retrouva, agenouillée face à l’autel, sur lequel on avait déposé le cadavre de son fils. On ne pouvait pas tellement parler de dépouille finalement, le corps étant resté étonnamment intact malgré la chute qu’Aone s’était infligée, il ne présentait absolument aucune blessure. En perdant son jumeau, il s’était perdu lui-même, sa mère le comprit et multiplia les prières à la Divyne durant sa veillée.
     Elle était si envoûtée par ce qu’elle faisait, qu’elle ne vit pas le temps passer. Des minutes. Des heures. Des jours. Sans que rien ne se passe. Plus elle y réfléchissait, moins elle comprenait pourquoi Aone s’était donné la mort. Non, définitivement, il ne méritait pas ce qu’il s’était infligé.
     Quand soudain, à force de prières, elle reçut un signe. Au départ, elle crut qu’il s’agissait d’Ivy elle-même. Mais quand la lueur qui s’était mise à éclairer le corps de son fils se changea en une lumière aveuglante, Nightwitch douta. Et lorsqu’elle fut projetée à l’autre bout du Temple par une force invisible, elle se demanda face à quel type d’ennemi elle pouvait bien être, et elle commença à avoir peur.
     La peur. Un sentiment que les Vampires classiques ne connaissaient pas. Ils étaient même tellement intrépides qu’ils pouvaient se retrouver transformés en poussière en un rien de temps. Nightwitch, elle, connaissait bien la peur.
     Tout s’arrêta aussi vite que ce fut venu, et le silence redevint maître des lieux. Tout ? Presque. Une ombre fit son apparition au moment où Nightwitch se releva. La forme étant dans le contrejour, elle ne reconnut pas de suite l’identité de la personne qui se tenait debout devant elle, néanmoins c’était quelque chose d’humain."
 
Vous pouvez vous en procurer un exemplaire dédicacé en cliquant ICI.
×